tatouage_mastectomie
tatouage_mastectomie
tatouage_mastectomie
tatouage_mastectomie

Lors des recherches effectuées un peu partout sur le Web pour en connaître davantage sur le sujet du tatouage après une mastectomie, je fus surprise de constater que les dessins cutanés pouvaient aussi être effectués sur des peaux brûlées et sur des cicatrices. Il s’agit de tatous paramédicaux qui permettent de redonner à la peau rougie ou pâlie par la blessure, la couleur chair naturelle. Et l’effet est bluffant ! Donc, parlons ici de ce sujet passionnant : le tatouage au service de la santé, tant physique que psychologie.

Tatou versus mastectomie

Le tatouage après l’ablation d’un ou des deux seins est de plus en plus populaire. Une mastectomie est traumatisante. Elle dépouille la personne d’une partie de son corps, tout en lui enlevant dans le même moment, les attributs de sa féminité. La poitrine d’une femme est un symbole sexuel très fort dans le monde actuel. Pour arborer une belle silhouette, la société favorise les formes sinueuses et souvent même, généreuses.

Mais voilà que lors d’un cancer, il arrive que le sein doive être enlevé en partie ou entièrement, dans les tissus adipeux et dans des cas plus lourds, sous le muscle. Le cancer frappe, de plein fouet, sans merci. Des chirurgies préventives peuvent aussi être effectuées comme ce fut le cas pour l’actrice Angelina Joli. Cette dernière a décidé de se faire opérer pour une reconstruction mammaire, mais il arrive de plus en plus fréquemment des cas, où les femmes réagissent différemment. Un courant est né, plus naturel, de se faire tatouer la peau sur la poitrine, avec des motifs de toutes sortes, afin de retrouver sa féminité, tout en acceptant d’emblée, les conséquences de la maladie. Des femmes refusent les implants et opte pour une création artistique. On peut voir différents motifs de marquage coloré : des tatouages roses, des tatous fleurs, des tatouages dentelles. Et on en retrouve de toutes les teintes de pigments d’encre : des plus colorés aux noirs. C’est selon le goût de chacun.

Il existe depuis quelques années des sites qui annoncent des studios de tatoueurs spécialisés dans le tattoo après mastectomie comme c’est le cas de 2 dans des régions des États-Unis : mastectomy.ink.

Les femmes montrent ainsi une acceptation entière de leur situation de vie tout en conservant le désir et la fierté de demeurer féminine. Cela leur permet de se réapproprier leur corps, de faire les choses différemment, de s’assurer une perpétuelle féminité de façon purement esthétique. De plus, cela aide à jeter un regard doux sur ce corps devenu art, devenu création, au lieu de ne percevoir que le côté négatif que laisserait la vue continuelle de la cicatrice. On regarde le tatou et on voit le contrôle repris sur sa vie, le choix fait, la preuve de la survivance. Cela devient un signe de force et de grandeur.

Le tatouage sur peau brulée et sur cicatrices

Lors d’une blessure ou d’une blessure, la peau devient dépigmentée et pâlie ou rougie selon. Il y a possibilité aujourd’hui, par l’entremise de tatoueurs ouvrant dans le domaine paramédical, de se faire injecter sous la peau, des piments d’encre couleur chair. Toutes les parties du corps s’y prêtent : dos, visage, crâne, biceps, bras, avant-bras, poignet, cheville, cuisse, mollet, pied, doigts, cou, torse, ventre, fesse. Comme vous pouvez voir sur ces images provenant de spion.com, c’est extraordinaire les avancés en la matière.

tatouage_avant

D’autres personnes vont décider d’exhiber un tatouage tout à fait classique, lorsque la cicatrice est de moindre grosseur. Il est ainsi possible que le tatouage tribal ou old school camoufle entièrement la partie blessée. Dans des cas de cicatrices boursoufflés, l’effet peut un peu passer pour une légère scarification. Mais l’objectif premier est de cacher ce qui a fait mal, l’oublier tout en permettant de suivre la mode et de se doter d’un look distinctif. Le tatou est tendance et est arboré par plusieurs, pour faire différent ou encore, pour montrer son association à une gang.

Quels sont les risques encourus par le tatouage médical, para-médical ou artistique ?

On peut craindre parfois qu’il y ait des risques avec un tel procédé, d’orner la peau d’une marque colorée indélébile. Pourtant, bien que l’encre soit injectée sous l’épiderme, à l’intérieur du derme, par l’aiguille du dermographe, le seul risque, s’il en est un encore aujourd’hui, serait de se rendre dans un salon de tatouage et piercing où l’hygiène n’est pas soignée. Ce sont les aiguilles souillées qui peuvent causer des cas de VIH (Sida) ou d’hépatite. Mais aujourd’hui, avec tous les règlements sanitaires, vous ne devriez n’avoir rien à craindre. Idéalement, choisissez votre tatoueur par référence ou encore allez le rencontrer pour voir l’état aseptisé de son studio, avant de passer à l’action.

Tatouages éphémères ?

Si vous êtes plus hésitants au côté permanent du tatouage, vous pourrez opter pour un tatouage au henné. Pour une petite cicatrice, il y aura possibilité d’utiliser le bon format et motif couvrant de décalcomanies.

C’est votre corps. Faites les meilleurs choix pour lui, pour être bien, pour être toujours mieux dans votre…peau !